Accueil

Adresse: 2322, Avenue du RPT, Casablanca,LOME-TOGO
Tel: (00228) 22 22 58 20/91 68 42 37.
Fax:(00228) 22 22 58 20.

Les jeunes filles parlent des droits humains à travers le football

3-3, c’est le score d’un match de foot appelé SUPER7 au féminin pour l’Unité. Ce match qui a opposé les filles du club EDHR du lycée Lomé Port, Lire la suite

 

 Projet  jeunes acteurs de la réconciliation: Lire la suite

 Rapport d’activité 2015-2016:Lire la suite

 

 

 

 

 

 

vendredi, 14 avril 2017 00:08

Togo. Un militant politique détenu pour ses opinions doit être libéré

Written by
Rate this item
(0 votes)

 

Togo. Un militant politique détenu pour ses opinions doit être libéré

 

Les autorités togolaises doivent cesser d’intimider les militants de l’opposition et libérer immédiatement  et sans condition l’un d’eux arrêté après avoir critiqué la proposition d’une autorité locale, a déclaré Amnesty International aujourd’hui.

Kombate Garimbité, militant de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), un parti de l’opposition, a été arrêté le 4 avril après avoir pris part  à une  réunion des parents d’élèves de la localité de Yembour, durant laquelle il s’est opposé avec d’autres participants à une proposition du chef de ce canton situé au Nord du pays.

Le chef demandait une cotisation de 1600 francs CFA  (environ 2,5 euros) par famille pour réparer des dégâts causés par plusieurs élèves au cours de manifestations en mars dernier pour demander la reprise des cours interrompus suite à une grève des enseignants. Kombate Garimbité a demandé au chef de canton si cette proposition était fondée par une décision de justice ordonnant aux parents de financer la réparation des dégâts occasionnés.  

Suite à ces propos, Kombate Garimbité a été arrêté et accusé de « troubles aggravés à l’ordre public » pour avoir instigué les manifestations d’élèves. Il est détenu à la prison de Dapaong, au Nord du pays,  sans accès à un avocat. Il nie avoir été impliqué dans l’organisation des manifestations et déclare qu’il se trouvait à ce moment-là à Lomé,  à 630 Km  de Yembour.

« Si Kombate Garimbité est détenu uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression de manière pacifique, il doit être libéré immédiatement et sans condition,» a déclaré François Patuel, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

Rencontré par Amnesty International à la prison de Dapaong,  Kombate Garimbité a  déclaré avoir fait l’objet de menaces et  d’intimidations de la part des autorités locales pour ses prises de positions politiques. Il indique  avoir été contraint de signer un procès-verbal de plusieurs pages sans l’avoir lu.

Le Togo connait depuis le début de l’année des mouvements sociaux, notamment  au sein du personnel enseignant et des élèves. Trois élèves ont été arrêtés entre le 12 et le 17 mars dernier et détenus à la prison civile de Dapaong dans le cadre des manifestations à Yembour, avant de bénéficier d’une libération conditionnelle le 24 mars. Ils étaient accusés de « troubles aggravés à l’ordre public ».

Amnesty international a documenté plusieurs cas d’intimidation de militants politiques de l’opposition dans le pays, en particulier au Nord. Des militants du Parti national panafricain (PNP, opposition) ont été empêchés de manifester dans les villes de Mango le 12 mars et de Kara le 25 mars.  Dans la capitale Lomé, une manifestation organisée par une coordination d’élèves et d’étudiants a été interdite le 9 mars au motif que son itinéraire incluait, selon la mairie de la ville, une zone d’affluence les jours ouvrables.

« La liberté d’expression et la liberté de réunion pacifique sont des droits et non des privilèges. Les autorités doivent mettre un terme à leur campagne d’intimidations et d’arrestations arbitraires de personnes exerçant ces droits, y compris les militants de l’opposition, » a déclaré François Patuel.

Pour plus d’information ou  organiser un entretien, veuillez prendre contact avec le Service de presse d’Amnesty International à Dakar (Sénégal) : +221 77 658 62 27 ou +221 33 869 82 31 ; courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Twitter : @AmnestyWaro.

 

 

Read 113 times Last modified on vendredi, 14 avril 2017 00:15

Actualités

L’EDUCATION AUX DROITS HUMAINS PAR LE DESSIN

 C’est vous qui assurerez la relève et le Togo en sera ce que vous en ferez . Cette boutade ou phrase, on la connaît. Elle résonnait chaque mercredi soir à partir de 14.30 En savoir plus

 

Activités

Campagnes

LA COMMUNAUTÉ D'AGOME GLOZOUN SENSIBILISÉE

Dans le cadre des activités relatives à la campagne"Mon Corps Mes Droits" (MBMR), la céllule femme de la section togolaise d'Amnesty International a mené le mercredi 19 Mars 2013 une sensibilisation publique à Agome Glozoun (Préf. d'Afagnan) à environ 90km de Lomé.
En savoir plus

 
  • AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE À L’ATTENTION DES MÉDIAS

    Lundi 9 janvier, Amnesty International rendra public un nouveau rapport intitulé Une année de rébellion. La situation des droits humains au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Ce document analyse les événements de 2011, année historique et tumultueuse marquée par des souffrances et de la tristesse mais aussi par l’espoir pour cette région et d’autres lieux dans le monde.

    Recommandations en matière de droits humains pour les pays en transition

    Cette année, Amnesty International a présenté des recommandations détaillées aux autorités de la Tunisie, de l’Égypte et de la Libye, et les a exhortées à rompre avec les années de répression et de violations des droits humains en prenant sans délai des mesures concrètes.
     
  • RAPPORT CAT SOUMIS AU COMITÉ DE LUTTE CONTRE LA TORTURE

    En dépit d’engagements pris de manière répétée au cours de la dernière décennie par les autorités togolaises, la torture et autres mauvais traitements demeurent un problème dans le pays. Ce phénomène est encouragé par le fait que les auteurs présumés de ces actes ne sont quasiment jamais traduits en justice.

    Questions liées à la torture

    La question de la torture a refait surface au TOGO depuis avril 2008 dans l’affaire de tentative d’atteinte à la sureté de l’Etat. Les prévenus ont allégué avoir subi des actes de tortures lors de leur détention.Le gouvernement a alors demandé à la Commission National des Droits Humains (CNDH) de mener des enquêtes sur ces allégations de torture...Lire la suite
  • LES JEUNES

    Où allez-vous, jeunes gens, où allez-vous, étudiants, qui battez les rues, manifestant, jetant au milieu de nos discordes la bravoure et l'espoir de vos vingt ans ? Nous allons à l'humanité, à la vérité, à la justice ! Tous les jeunes de la section sont regroupés au sein d’une coordination qui les encadre à travers des clubs installés dans les lycées et collèges publiques et privé de Lomé et de l’intérieur du Togo. Ils sont associés aux activités menées par la section sur le plan national et prennent part à celles relatives à leur statut sur le plan international.

    Contact

    La coordination des jeunes est heureuse de vous accueillir pour agir ensemble sur Facebook: Reseau jeune Ai Togo