Editoriale

Adresse: 2322, Avenue du RPT, Casablanca,LOME-TOGO
Tel: (00228) 22 22 58 20/91 68 42 37.
Fax:(00228) 22 22 58 20.

Amnesty International Togo se joint au mouvement mondial pour lancer la campagne pour la protection des défenseurs de droits humains.

 

Amnesty International lance une nouvelle campagne mondiale, Osons le courage, pour mettre un coup d’arrêt à la vague d’attaques dont sont victimes les hommes et les femmes qui défendent les droits humains.

Au moins 87 défenseurs des droits humains et 48 journalistes ont été arrêtés arbitrairement en Afrique de l’Ouest depuis 2014

Les défenseurs des droits humains ont toujours joué un rôle essentiel de défense de la liberté, d’opposition à la répression et de promotion de la justice sociale en

Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Mais plutôt que d’encourager et de faciliter ce travail de promotion et de défense des droits universels civils, politiques

, économiques, sociaux et culturels, les autorités réagissent trop souvent avechostilité et intolérance vis-à-vis de toute opinion dissidente.

 

Pour rompre le cycle de méfiance et de défiance entre les forces de sécurité et les jeunes de la

ville de Dapaong, les élèves membres des clubs EDHR (Education aux droits humains et à la

réconciliation) d’Amnesty International ont initié une série d’activités conjointes avec les

forces de sécurité.

Suite au lancement officiel du projet « jeunes acteurs de la réconciliation : éducation à la citoyenneté et aux droits humains au service de l’unité nationale » le 13 décembre 2016,

 

Togo. Un militant politique détenu pour ses opinions doit être libéré

 

Les autorités togolaises doivent cesser d’intimider les militants de l’opposition et libérer immédiatement  et sans condition l’un d’eux arrêté après avoir critiqué la proposition d’une autorité locale, a déclaré Amnesty International aujourd’hui.

Kombate Garimbité, militant de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), un parti de l’opposition, a été arrêté le 4 avril après avoir pris part  à une  réunion des parents d’élèves de la localité de Yembour, durant laquelle il s’est opposé avec d’autres participants à une proposition du chef de ce canton situé au Nord du pays.

Le fer de lance !

 C’est vous qui assurerez la relève et le Togo en sera ce que vous en ferez ». Cette boutade ou phrase, on la connaît. Elle résonnait chaque mercredi soir à partir de 14.30

3-3, c’est le score d’un match de foot appelé SUPER7 au féminin pour l’Unité. Ce match qui a opposé les filles du club EDHR du lycée Lomé Port à celle du club EDHR du lycée d’Adakpamé visait à montrer au public présent que les filles avaient également leurs mots à dire dans le sport fédérateur qu’est le football. Inscrit dans la journée de la célébration des droits de la femme (08 Mars), ce match a permis à ces deux clubs EDHR de partager avec le millier de spectateurs présent des messages relatifs aux droits humains et à la réconciliation.

vendredi, 10 mars 2017 11:31

Rapport d'activité 2015-2016

 Nous sommes heureux de vous présenter la troisième édition de notre rapport d’activités. Il s’agit d’un nouveau modèle qui couvre la période de 2015 et 2016, et fait dégager les grandes lignes sur nos campagnes, tout en intégrant les changements importants intervenus en prenant en compte à la fois les résultats de l’impact de nos activités au cours des deux dernières années et l’évolution de notre organisation, tant au niveau national que sur le plan international.

jeudi, 16 février 2017 09:33

JEUNES ACTEURS DE LA RECONCILIATION

Amnesty International Togo a procédé ce 13 décembre au lancement officiel du projet « jeunes acteurs de la réconciliation : l’éducation à la citoyenneté et aux droits humains au service de l’unité nationale », projet qui sera exécuté avec l’appui de l’Union Européenne.

Ce projet est une contribution en réponse aux recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR). L’Education aux Droits de l’Homme (EDH) a été identifiée par la recommandation 20 de cette commission comme un moyen utile pour lutter efficacement contre les violations des droits humains.  La mise en œuvre de cette recommandation est un facteur catalyseur pour l’effectivité de la réconciliation et la lutte contre l’érosion de la conscience citoyenne et démocratique qui touche autant aux valeurs qu’aux règles de vie en communauté. Ainsi, les écoles, les centres d’apprentissages et les jeunes qui les fréquent deviennent des canaux importants pour proposer un modèle de citoyenneté basée sur le respect de la dignité humaine, des valeurs de tolérance et des droits de l’homme.  

Page 1 sur 2