POUR LES DROITS SEXUELS ET DE REPRODUCTION, LES CHEFS ET LEADERS COMMUNAUTAIRES D’AGOME-GLOZOUN SE MOBILISENT !

By : | Category : À LA UNE, ACTUALITÉS | Commentaires fermés sur POUR LES DROITS SEXUELS ET DE REPRODUCTION, LES CHEFS ET LEADERS COMMUNAUTAIRES D’AGOME-GLOZOUN SE MOBILISENT !

11th Juin 2017

La violence  basée sur le genre constitue une violation des droits fondamentaux de la personne. Elle est un sujet qui préoccupe tant la communauté nationale  qu’internationale. Au Togo, des milliers de femmes et filles à travers le pays sont constamment exposées à toutes formes de sévices au sein de la famille, de la communauté, dans les services : coups et blessures, viol, harcèlement, proxénétisme, mutilations génitales féminines, mariages précoces et forcés, rites liés au veuvage, etc.


Selon de récentes données statistiques, notamment la troisième enquête démographique et de santé au Togo (EDST-III), 29% de femmes de 15 à 49 ans ont subi des violences physiques, 11% ont subi des violences sexuelles à n’importe quel moment, 8% ont subi des violences physiques pendant qu’elles étaient enceintes et 22% ont subi des violences conjugales qu’elles soient physiques ou sexuelles.

Pour lutter contre le phénomène, il est nécessaire d’agir sur les causes profondes de cette violence que subissent les femmes et les filles. Une d’elles s’avère être  la non-maitrise des droits sexuels et de reproduction.

Amnesty International  dans le cadre de sa campagne « Mon Corps Mes Droits » a  mis en place et formé depuis deux ans à Agomé-glozou dans le Bas Mono, une plateforme de filles et femmes. Cette plateforme  composée de trente femmes et filles de la localité est chargée de relayer l’information sur les droits sexuels et reproductifs auprès de leurs pairs en vue de les outiller à faire des choix responsables en matière de sexualité.

De cette intervention, il est ressorti la nécessité d’avoir des alliés efficaces à la cause des femmes pour plus d’impacts. Les chefs  et leaders traditionnels, à cet effet constituent  des partenaires de poids surtout en milieu rural.

Ainsi afin  de renforcer leurs moyens d’actions  et leurs  capacités de ces partenaires, la section togolaise d’Amnesty a organisé le 06 mai, à  l’endroit d’une trentaine de chefs traditionnels et leaders communautaires du canton d’Agome-glozou, une formation sur les violences à l’égard des femmes spécifiquement sur le  thème « les violences à l’égard des femmes et des filles : quelles actions pour plus d’efficacité ? »

Cette formation leur a permis d’échanger sur la situation  et les formes de violences faites aux femmes dans la localité et de leur  trouver des pistes des solutions harmonisées  aux conflits  tout en partageant  les expériences sur les cas récurrents de litiges relatifs aux violences faites aux femmes.

A l’issue de la rencontre, les participants se sont engagés à organiser une campagne de sensibilisation  et de causerie-débats des à travers tous les villages du canton d’Agomé-Glozou sur les formes de violences, notamment  sur le cas du harcèlement sexuel en milieu scolaire.