COMMUNIQUÉ

By : | Category : À LA UNE, ACTUALITÉS | Commentaires fermés sur COMMUNIQUÉ

27th Mai 2017

Honorables invités,

Chers militants,

Je prends la parole au nom de l’ensemble des jeunes militants au sein d’Amnesty International (Section togolaise) pour une veine tentative de dire merci à Enyonam, notre Enyo.

Quand la tragédie frappe à votre porte, les larmes ouvrent une fenêtre sur le monde du questionnement infini. Hélas, le pourquoi n’aura jamais de réponse. A l’annonce de ton décès, de Londres, à Lima en passant par Amnesterdam, Berlin, Cotonou, Abidjan, Dakar, beaucoup de jeunes nous ont demandé « pourquoi ». Mais encore, une fois, hélas, le pourquoi n’aura pas réponse. Nous ne pouvons que nous incliner face à la tragédie.


Voici ce que Salil Shetty, notre secrétaire général qui t’a bien connu lors de ta participation comme déléguée jeune du Togo au conseil international de Berlin en 2015  écrit « Je suis triste d’apprendre la nouvelle du décès de celle qui est l’une de nos grandes femmes militantes » et Colm, le directeur général de la mobilisation d’ajouter :« ta contribution pour les droits humains au sein de notre organisation est immense ».

Nous sommes tous bouleversés, C’est un terrible coup de destin, mais n’y voir que malchance serait méconnaître Enyo. Sa bataille et sa contribution pour réunir les jeunes autour des projets communs sur diverses campagnes, sa ténacité à ne jamais baisser les bras devant l’adversité et le découragement des autres militants, sont autant de qualités qui caractérisent  Enyonam.

Elle savait dans la manière, par des mots  et des gestes  convaincre autrui  à épouser son point de vue.

Et c’est ce dynamisme qui l’a amenée à être retenue deux fois de suite comme bénévole au Conseil International de notre mouvement.

Comme une bougie allumée, elle s’est faite tout de suite remarquée, même des plus hauts dirigeants d’Amnesty International. Les messages de soutien qui venaient de partout sont une preuve, un indice du poids de la perte que constitue la disparition de l’activiste qu’elle était.

De nos jours, où il est difficile de servir l’autre, d’écouter l’autre, se laisser former par l’autre, elle a su comprendre ce qui unissait les hommes. Il y a un nom à cela : Humanité. C’est la force d’une lutte sans merci, ni concession que tu as eues très tôt. Tu as vite compris ce qui était le plus important sur la terre : la dignité de l’homme d’abord.

Aujourd’hui, l’heure est au recueillement et à la  mémoire. A son époux et à son fils, à ses parents, collègues et amis, nous exprimons notre profonde tristesse et notre solidarité dans l’épreuve qu’ils traversent.

Il nous revient à l’esprit un mot doux, une litanie, qui donne toute sa saveur à la parole de celle qui a désiré plus que tout notre engagement comme militant : « JOIE ». C’est le mot clé qui aide à mieux décrire celle que nous regretterons toujours.

Même si travailler avec toi Enyo valait toute la joie est bien agréable, il va falloir que tu ailles chercher le vrai bonheur ailleurs. C’est cet espoir qui nous met encore debout et nous autorise à te rendre un sobre hommage, car ton hommage mérité est ailleurs. C’est notre vœux le plus cher en ce moment où la tragédie a rendu vide les places des acteurs et mis en doute ou au désarroi les spectateurs d’une scène de liberté.

En ces instants qui brisent le cœur, nous devons tous formuler en nous-mêmes cette espérance : «Puissions-nous reposer un jour à ses côtés, parmi les Hommes épris de justice et de liberté ».

Enyo Chérie, comme tu aimais te faire appeler : plus que sûrs, nous avons la ferme conviction que la flamme, la bougie amnestienne que tu représentais, n’est pas éteinte ; c’est pourquoi  nous nous engageons plus que jamais à en  assurer dignement le relai et  à la porter haut , encore et toujours plus haut , pour un monde où les droits humains seraient pour chaque être une réalité.

Enyo, je dois enfin me taire, car le bruit n’est pas le caractère des hommes biens, ton repos fait planer un courage qui a besoin du silence et de la ferveur militante.

Tout notre respect, toute notre fierté, toute notre espérance.